vendredi 4 juillet 2008

Small talk

Individu parmi tant d'autres: Salut ça va?
: Ouais. Toi?
Individu, qui essaye d'avoir une conversation: Ça va. Qu'est-ce que tu fais de bon de ces temps-ci?
: Bof, pas grand chose.
Individu, qui tente le tout pour le tout: Comment va ta famille?
: Bien, j'imagine!
Individu, qui ne sait plus où se mettre: Y fait pas trop beau de ce temps-là!
Wï: Eh. 
Individu, tout simplement perdu: ...
: ...

J'ai réellement aucun tallent pour le "small talk", aucun intérêt non plus. J'aime pas parler de tout et de rien avec tout le monde. Je trouve ça plate les conversations de politesse et j'y participe le moins possible. Ce qui fait dire à mon chum que j'ai souvent l'air bête, que je suis fermée et que les gens ne savent pas comment m'aborder. Que je suis une huître qui se referme et qui empêche le monde d'admirer sa perle... Moi je me dis que si les huîtres se ferment, c'est pour se protéger ou se cacher. En réalité, je m'en fout un peu, parce que tant qu'à parler de rien, j'aime mieux rien dire. Mettons que je ferais pas une bonne coiffeuse, (en plus je coupe les cheveux tout croche, mais ça c'est une toute autre histoire qu'il faudrait que Péha vous raconte), ni une bonne esthéticienne,  ou massothérapeute ...

Pourtant, J'ADORE parler avec les gens, même ceux que je ne connais pas vraiment, mais il me faut un minimum de sujets de conversation. Voilà pourquoi je ne suis pas très très jasante lorsque que je rencontre une nouvelle personne, ou une personne que je vois rarement. J'ai rien à leur dire et je ne suis pas vraiment intéressée à connaître les aléas de leur quotidien. J'ai bien assez du mien! Je sais par contre qu'il est ici question de politesse, de courtoisie et de gentillesse, voilà pourquoi je me force et je participe à mon tour à certaines de ces conversations, qui me semblent trop souvent insipides, mais je ne m'y plais nullement. Tant pis si on me traite de sauvage, je m'assume pleinement.

Par contre, si vous voulez me raconter votre voyage, votre vie, votre enfance, me parler de politique, de littérature, de développement, de mondialisation, de société, d'histoire, etc., je serai toujours partante, mais la pluie et le gazon, non merci. 

3 commentaires:

Ysa_la_tite_mere a dit...

La pluie, le gazon... et le prix de l'essence!

Héhé, j'aurais pu écrire ce texte mot pour mot!!

Joa a dit...

C'est rare malheureusement les conversations consistantes. Où l'on peut s'indigner, refaire le monde, partager des visions alternatives. On trouve moins d'interlocuteurs que pour le prix de l'essence ou la température.

a dit...

À vous lire, j'ai l'impression que y'a pas juste moi que mon chum trouverait fermée.

LinkWithin

Blog Widget by LinkWithin