lundi 12 mai 2008

La cité du vice

Quoi de mieux en ce merveilleux lundi après-midi que d'initier mon fils au vice, à la luxure, aux préjugés sexistes et à la société de consommation à l'américaine? Dans le cadre de la Semaine québécoise des familles, le cinéma local présentait  un ciné-bébé. Comme il s'agit ici d'une occasion rarissime (ce n'est que le deuxième ciné-bébé depuis la naissance de B.), j'ai décidé de ne pas m'enfarger dans les fleurs du tapis et de profiter de l'événement pour faire une petite sortie maman-fiston en compagnie de son ami Philou et de sa maman. 

Contrairement à d'habitude, la salle de cinéma n'était pas trop climatisée, le son du film avait été baissé, mais là s'arrêtent les accommodements que le théâtre avait faits pour les six mamans d'autant de bébés, les deux accompagnatrices et le monsieur perdu dans dans la salle. Le peu de monde lors de la représentation s'explique entre autres par le peu de publicité faite autour de l'événement (si mon amie ne m'en avait pas parlé, je ne l'aurais jamais su, moi qui lit avec attention les deux hebdos locaux). Malgré le fait que le concept de l'activité était intéressant, que j'ai adoré voir Bobo et Philou se faire des colles et se donner des bisous, que j'ai bien aimé voir un film avec mon fils endormi dans les bras et que dans le fond ça me faisait une sortie de plus, j'ai quand même de la misère à digérer leur choix de film. 


Nous avons donc eu droit à une comédie romantique à saveur américaine: Ce qui se passe à Végas. En fait, j'exagère un tantinet. Il était tout de même rigolo ce film. Mais il reste qu'il n'atteignait probablement pas son public cible. C'est un très bon film de collégienne, simple, comique avec un beau mec et une histoire d'amour pleine de rebondissements qui se termine bien (je ne vous dévoile pas un grand punch ici!). Pourquoi quand on tente de rejoindre des mamans on pense toujours à ce genre de films? Est-ce que femmes égale automatiquement simplicité, voire simplisme? J'ai rien contre un petit film léger une fois de temps en temps, mais je sais pertinemment que 50% de l'assistance (oui, oui 3 personnes) étaient aussi la clientèle du Ciné-Club. Et puis, s'ils avaient présenté un film jeune public (comme Dans une galaxie près de chez vous 2, qui jouait dans la salle voisine) ils auraient sûrement attiré plus de gens, des familles plus nombreuses, ou des enfants un peu plus vieux. Pis, y'avait rien de Québécois pour la Semaine QUÉBÉCOISE, rien de familiale pour la semaine des FAMILLES, qu'ils pouvaient nous présenter?! Quitte à nous projeter un vieux film. Ils pensent tout de même pas que nos bébés avaient déjà tout vu ce que l'industrie cinématographique a produit depuis 1895?

En fait, il y a deux détails qui m'énervent vraiment dans tout ça. Premièrement, c'est que bien que j'adore aller au cinéma et que c'était seulement la deuxième fois que j'y emmenais fiston (la première fois qu'il en avait conscience par contre), je n'avais pas le loisir de choisir ce que j'allais visionner. Deuxièmement, je suis déçue de constater que mon cinéma beurre épais dans les stéréotypes, que parce qu'ils attendaient un public féminin ils se devaient de choisir ce genre de film, et déçue de voir que finalement les choses n'évoluent pas tant que ça. Par contre, je le répète, le film n'est pas si pire que ça et dans le fond, j'ai eu un bel après-midi en compagnie de Bobo. Je l'aurais peut-être même loué, lors d'un vendredi pluvieux et morose, à mon club vidéo dans le cadre de leur super offre deux films pour le prix d'un, mais je serais peut-être pas allée le voir au cinoche.

L'image a été prise sur ce site


2 commentaires:

Joa a dit...

Ah..! Je te comprends tellement! Même si j'ai la chance d'avoir du cinéma-bébé toutes les semaines, je n'y vais presque jamais parce c'est toujours des films nunuche ou série B qui sont à l'affiche. Et quand par miracle, il y a un film qui m'intéresse, comme cette semaine le film de Léa Pool, je n'ai pas le temps d'y aller. Un seul bon film par 3 mois et je le rate :(

a dit...

C'est comme si l'industrie se disait que les mamans sont trop occupées pour réfléchir. Ou bien ils ont comprit que les mères elles manquent parfois des bouts du film pour changer les couches, calmer bébé, dormir un peu... et qu'avec ce genre de film c'est pas trop grave d'en manquer des bouts, tu finis toujours par comprendre l'histoire.

LinkWithin

Blog Widget by LinkWithin